Le Salon des Poètes de Lyon

Présentation pour la saison 2021/2022 avec masques et gestes barrière...

en guise de préambule


en cliquant sur le titre d'un article vous obtiendrez en bas de cet article un code QR qui permet la lecture sur un mobile (mais pas sur une trottinette)


 

welcome

Est-ce assez que d'aimer si on ne sait pas mettre dans l'amour toute la poésie et toute la  musique du ciel et de la terre

Guy de Maupassant


 

 Pour visualiser les 3 colonnes de ce blog en une seule fois il est préférable de régler le zoom sur 80 ou 90  %

un bandeau au-dessous du titre vous propose quelques catégories


 

 

 Vous pouvez cliquer sur les photos dans nos textes pour les voir en format plus grand.

( le nom de domaine est depuis quelques années www.salonpoeteslyon.fr)


 

nos concours 2021/2022 :

Nos Concours de poésie francophones 2021/2022 sont maintenant échus : ils ont encore connu un grand succès. Malgré la fin officielle des dangers pandémiaques, nous avons stérilisé tous les documents reçus et maintenant les membres masqués du jury sont enfermés en séminaire, chacun dans une cage vitrée et ils n'en sortiront qu'après leurs délibérations finales...résultats à la rentrée d'Automne


Our Contests are all French-speaking, we must accept this necessity: we understand the difficulties for those who do not practice our language, already for the reading of our articles, but they can use the automatic translation of search engines, which have, nowadays become more reliable.

As for the participations in our Contests, the use of French is essential.


 

Notre blog n'est pas exclusivement réservé aux règlements de Concours mais également à d'autres présentations telles que les productions de nos Poètes émérites, l'annonce de nos activités ainsi que les albums photos rendant compte des dites-activités, qu'elles soient culturelles, sportives ou...culinaires...

L'actualité sanitaire fait que nous avons été obligés de nous adapter : plus de rencontres qualifiées affreusement de "présentielles", animations dominicales mensuelles, réunions du Groupe d'études, remises des Prix, sorties du Salon...Pour le moment toutes ces activités sont supprimées, précautions obligent, mais, même si nous sommes d'un naturel optimiste, il ne faut pas se leurrer, le retour à la normale n'est pas pour un avenir immédiat...Aussi nous utiliserons ce formidable instrument de communication qu'est notre Blog, en attendant mieux ! Et nous vous souhaitons de continuer avec nous en prenant toutes les précautions nécessaires.

venirvoir

car nous avons une majorité de visiteurs muets, bien sûr cette remarque est sujette à plusieurs paramètres car il faut :

1/connaitre l'adresse de ce blog 2/s'y connecter 3/savoir lire 4/savoir écrire...ce qui n'est pas donné à tout le monde...

et c'est encore pire depuis le virus ...heureusement les visiteurs étrangers sont là !

le Maître de la toile...


 

 

Posté par Salon des Poetes à 16:37 - - Commentaires [27] - Permalien [#]


04 août 2022

Pendant la canicule (en 2003)

joconda


L’ETE FUT CHAUD
10/2003

Cet été, quand j’errais dans les rues de Paris,
Je fus comme les autres bientôt comme un rôti.
Dans les couloirs du Louvre je me réfugiai
Pour pouvoir profiter de l’air climatisé.
Le hasard me guida devant Dame Joconde
Qui, comme d’habitude, attirait un grand monde.

Le peuple émerveillé la regardait, béat,
Moi, je l’imaginais me montrant ses appas
Soudain, en un éclair, la foule disparut :
Un étrange frisson alors me parcourut.
Je me retrouvai seul devant cette beauté
Et ressentis alors le temps comme arrêté.

Je crus à cet instant l’entendre soupirer,
Aussi près du tableau doucement j’approchai,
Elle murmura alors : oh, mon Léonardo !
Je me dis : elle se trompe, me prend pour Caprio,
Elle confond le Louvre avec le Titanic,
Évacuons en douce et surtout sans panique !

Elle me fait un clin d’œil et son plus beau sourire,
Regarde à droite, à gauche, et descend du tableau,
Puis me prend par le bras : viens mon Léonardo.
Et nous voilà partis, bras-dessus, bras-dessous,
En franchissant les portes, elle me fait des bisous
Et les gardiens émus nous regardent sortir.

Après un hamburger avalé chez Mac Do
Nous prenons une chambre à l’Hôtel du Lido.
Pendant de longues heures alors Mona m’usa,
C’est ainsi que j’appris à faire des entrechats.
Nous partîmes en balade dans la France profonde,
Au hasard des chemins d’une humeur vagabonde.

Pendant des jours entiers elle m’expliqua sa vie
Et comment elle devint l’égérie de Vinci
Rencontré débauché une nuit sur le Po
Alors qu’il lutinait de jeunes matelots.
Certains même firent croire qu’elle n’était pas femme
Et qu’elle était Monsieur et aussi croque-madame

Il l’embaucha aussi à être son Saint Jean
Mais faire ce tableau lui dura très longtemps :
Quand il disait : souris, elle grimpait sur la table.
Quand il éternuait, elle était charitable :
Elle dégrafait sa robe en disant : à vos souhaits
Et se retrouvant nue, elle le dévergondait.

Des avis de recherches recouvraient tous les murs
Pour retrouver la belle partie dans la nature.
On soupçonna les profs et les intermittents,
On alla au Larzac voir les manifestants,
Des vieillards dans leurs lits furent interrogés,
On surveilla les Corses et tous les immigrés.

Après une dernière nuit d’étreintes amoureuses,
Mona rentra au Louvre toujours aussi radieuse.
Avec tous les ministres on fit un vin d’honneur,
Et la France du bas retrouva le Bonheur.
Elle fut interviewée à la télévision
Qui lui organisa un jour de Monathon.

Et si pour vous ce soir je fais le mirliton,
C’est bien parce que depuis j’ai perdu la raison,
Et que je fais des vers qui n’ont ni queue ni tête,
Ayant perdu l’amour de cette femme parfaite.
Et dans les rues de Lyon je déclame ces vers
En espérant draguer la Dame de Fourvière.

Gérard-Antoine Demon

Posté par Salon des Poetes à 11:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 août 2022

L'élixir pour les gorilles (réédité en raison de son succès permanent)

il est une chose étonnante : depuis sa première édition en...2009 ce poème a sans arrêt reçu de nombreux visiteurs ! d'où sa réédition...


 Un jour, il y a bien longtemps, dans une autre vie,

je vous surveille

j'ai fouiné dans l'immense bibliothèque de ma vieille complice Carole-Eva : j'y ai déniché un livre intitulé CENT POEMES POUR L'ECOLOGIE édité au Cherche Midi en 1991. En feuilletant les pages, je suis tombé sur ce poème signé Pierre Ferran (1930-1989)

Autrefois c'était tout plein

De gorilles sur la terre :

Il y en avait des malins,

Des brutes, des terre à terre.

Les malins voulaient avoir

Pour eux  seuls toute la place ;

Dirent un jour : "Faudrait voir

A ce qu'on se débarrasse

De ces pauvres illettrés,

Sans nul esprit, malhabiles,

Chétifs, souffreteux, débiles,

Qui surpeuplent nos forêts !"

Finirent par réussir

A les chasser du royaume

A l'aide d'un élixir

Qui les transforma en hommes !

N'oublions pas désormais

Que chacun de nos semblables

Peut être un gorille mais

Est-ce que c'est reconnaissable ?

Posté par Salon des Poetes à 08:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 juillet 2022

Poètes ! soignez-vous !

vers

Posté par Salon des Poetes à 10:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 juillet 2022

Textes poétiques en prose

Nous avons lu, lors de l'article du 12 juillet qui leur est consacré, que Oscar-Venceslas de Lubicz-Milosz et Louis Cattiaux furent les auteurs de telles oeuvres. Madame Jean Bach-Sisley, fondatrice du Salon des Poètes de Lyon (Emile Albert...?... étant le fondateur de l'Association) a elle aussi écrit de la prose poétique.

fondateurs

Je suis en possession d'une édition originale de son livre Vitres et Vitraux dédicacée de sa main à Marcel Rivière (futur grand Resistant et journaliste du Progrès) en 1927 :

IMG_0001

IMG_0002

Et j'en ai donc extrait quelques textes :

L'étang dans la carrière

"A mon amie, le grand sculpteur J.Bardey"

La mer est proche, mais on ne la voit pas ; on entend seulement sa claire confidence des jours de grand ciel limpide, et l'on perçoit l'odeur chaude de son repos.

La carrière abandonnée est un cirque allongé au fond duquel dort un large étang. Les assises rocheuses hautes et lisses tombent à pic dans l'eau si bleue qu'on dirait un immense saphir dans une monture fruste.

Pas une ride, pas un souffle sur la surface immobile.

Rouge, gris, vert, jaune, blanc ou pailleté de mica le rocher brûle sous le soleil, s'effrite meurt en menues parcelles dans l'onde recueillie, attentive et profonde.

Sur les cimes, les pins fument sous l'ardeur estivale, laissant couler leur sang âcre, éclater leurs fruits odorants ; l'âme des fleurs s'exaspère, l'arôme des cystes rôde et s'étire dans l'air embrasé, le grand soleil visite la carrière et plonge son dard au fond de l'étang solitaire. Comme un rayon d'amour au fond d'un oeil fasciné, il l'éclabousse d'or.

L'oeil, immense et bleu, est largement ouvert et ne voit rien, il est clair et ne reflète rien ; il ne connaît que le rayon qui le pénètre et la chaude odeur de la mer au repos.

Au bord du lac 

Le lac entre les coteaux boisés vibrait comme une strophe ; saphir liquide dans une coupe de bronze vert griffée par le soleil aux ongles d'or.

Le train courait le long de la berge, et tous nous regardions le lac, les collines molles, et le ciel resplendissant, nous disant que toute la Beauté était là, et que rien n'est plus grand que ta splendeur, Nature, et ton immuabilité.

Dans la portière s'encadrait un couple. Elle fixait au loin ses yeux profonds : l'eau brillante s'y reflétait, le soleil y dansait, mais elle ne voyait rien, car ses yeux étaient pleins de larmes .

Quand elle était entrée dans le wagon silencieux, surchauffé, j'avais pensé : "la pauvre créature !" Le front bas sous les cheveux rares, la robe usée, elle était sans charme, et sa jeunesse même paraissait pleine d'années. Lui, irradié de force, semblait couronné de rêve. Sans doute, ce rêve allait-il à cette belle étrangère qui, sous les dentelles, tout à l'heure, au quai de départ lui avait souri.

Aventure facilement devinée : le ménage modeste va passer quelques jours , longtemps attendus dans la station à la mode ; une idylle se noue, banale, entre la baigneuse riche, désoeuvrée et perverse, et le beau mâle ébloui, pris de vertige devant le luxe soudain révélé, les séductions insoupçonnées de l'élégance.

Puis la douleur de l'autre , l'humble, la laide qui aime, et sent qu'elle ne peut lutter ; douleur qui se contient, s'amasse dans l'âme et tout à coup, se cristallise dès l'ébranlement du train.

Oui cela sans doute, ou autre chose, mais sûrement l'écroulement d'un bonheur.

Les larmes coulaient, coulaient silencieuses. Il voulut l'attirer dans ses bras, elle le repoussa. Dominatrice la main virile s'abattit sur la poitrine qui palpitait , et saisit le sein libre sous la blouse flottante. Domptée par la brutale caresse, déjà reconquise dans sa chair, elle laissa les sanglots monter, révéler toute sa peine immense, le corps tremblait de souffrance et de désir, les mots de reproche et de passion jaillissaient pressés, dans un idiome inconnu ; et sa douleur sauvage lui faisaient une beauté. Alors, je sus, Nature, qu'il est quelque chose de plus grand que toi : le coeur qui souffre, et que plus profondes, plus mystérieuses que le lac sous le soleil d'été sont les larmes sous l'ardent Amour.

L'idéal

Sur le dur chemin de ma vie, une grande fleur blanche a poussé. A son calice j'ai mis mes lèvres, et ma bouche garde une saveur de miel. De ce miel, je me nourrirai désormais sur le chemin de la vie.

Sur l'aride chemin de la vie, une source fraîche a jailli. Dans son onde, j'ai lavé mon front, souillé de la poussière des routes, j'ai baigné mes paupières rougies par les veilles et par les larmes. La fraîcheur divine de la source rend l'air léger sur l'âpre chemin de la vie.

Sur l'obscur chemin de ma vie, une étoile brillante a lui. Son rayon a frappé mes yeux, las de se pencher vers le sol, et je m'en vais dans la lumière sur le chemin noir de la vie.

bachsisley

 

Posté par Salon des Poetes à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 juillet 2022

Lecture d'été : hommage à un très grand Poète ...article complété le 12/07

milosz

On ne présente plus cet immense poète que fut Oscar-Venceslas de Lubicz-Milosz, né le 28 mai 1877, mort le 2 mars 1939. Ces premiers poèmes parurent (en Français) dès 1899. Et son écriture fut très prolifique dans tous les genres : poésies, romans, théâtres, traductions, essais politiques et métaphysiques.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Venceslas_de_Lubicz-Milosz

Il m'est très difficile de choisir l'une de ses oeuvres à présenter ici ; voici donc l'un de ses poèmes (édition Fourcade/la bibliothèque russe et slave/Paris 1929) intitulé Psaume de la Réintégration, à forte apparence mystique, pour ne pas dire ésotérique ou même initiatique.

Il m’advient quelquefois, au milieu de la nuit, d’être éveillé par le silence le plus accompli de l’Univers. C’est comme si, tout à coup, les multitudes célestes, apercevant dans ma pensée le terme assigné à leur course, s’arrêtaient au-dessus de ma tête pour me considérer en retenant leur souffle. Ainsi qu’aux lointains jours de mon enfance, toute mon âme se tend alors vers la grande voix qui se prépare à m’appeler du fond des espaces créés.

Mais mon attente est vaine. La paix qui m’environne n’est si parfaite que parce qu’elle n’a plus de nom à me donner. Elle est en moi et je suis en elle, et dans ce Lieu comme nous innomé où s’est accomplie notre union, il n’est pas jusqu’au mot le plus universel, Ici, qui n’ait perdu à jamais son sens ; car rien n’est demeuré hors de nous où nous puissions encore situer un Là-bas, et l’espace total où respire la pensée nous apparaît non pas comme le contenant, mais comme l’intérieur illuminé du beau cristal Cosmos tombé des mains de Dieu. Jadis, quand l’esprit du silence parfait me saisissait, je levais les yeux vers les soleils ; aujourd’hui, ma vue descend avec leur regard dans mon être. Car leur secret est là, et non pas en eux-mêmes. Le lieu d’où ils me contemplent est celui-là même où je me tiens, et au reproche aimant peint sur le visage de l’univers je reconnais la mélancolie de ma propre conscience.

L’immensité engendrée par l’infinitude des mouvements circonscrits est impuissante à combler le vide de mon âme ; il n’est point de hauteur accessible à l’extension du Nombre dont les instants ne soient comptés par le battement de mon cœur. Que m’importe donc toute cette distance du rien au rien ! Certes, je suis tombé d’un lieu fort élevé ; mais c’est un autre espace qui a mesuré la chute où j’ai entraîné le monde. Le lieu réel, le lieu seul situé est en moi, et voilà pourquoi l’Univers, ma conscience, veille, veille cette nuit, et me regarde. O mon Père ! mon mal n’a pas nom ignorance, mais oubli. Reconduis ton enfant aux sources de la Mémoire. Ordonne-lui de remonter le cours de son propre sang. Le mouvement de ma chute a créé l’espace temps, cette eau qui dans l’immobile Illimité sur moi s’est refermée et pour laquelle il n’est pas en ma puissance d’imaginer un récipient. Que mon ascension projette donc l’Autre Espace, le vrai, l’originel, le sanctifié, et que l’univers que voici, le Fils de ma Douleur dont le regard nocturne est sur mon âme, avec moi s’élève vers la Patrie, dans le joyeux courant d’influences bruissantes de la béatitude dorée.

Et je vous fais cadeau de plus de lecture de ses oeuvres par un recueil en PDF (cliquez sur le lien) pour passer un bon temps d'été...

lien Milosz___Poemes

AJOUT : 

Initiatique ? Et oui...Plusieurs pages du livre de James Chauvet la Queste du Saint Graal (Paris Cariscript) réédité grâce à Robert Amadou, lui sont consacrées par ce dernier dans la partie le Graal en compagnie au XXième siècle. Un chapitre entier est même intitulé : vers une confrérie secrète autour de Milosz. Il explique qu'après une rencontre entre James Chauvet et O.V.de L.Milosz, avait germé l'idée d'une confrérie secrète et initiatique :

-...de fonder une organisation ou un Ordre ésotérique, qui aurait incarné socialement l'oeuvre des Arcanes...

-...Milosz accepte de prendre la direction spirituelle du mouvement qui est capable, à son estime, d'embrasser de très larges sphères, dont le prolétariat compagnonnique...

-...L'heure de l'apostolat a sonné . Tenue des réunions : les robes seront de soie noire, avec un collet blanc. Le Maître sera seul coiffé d'une toque rouge. Ce sont les trois couleurs du Grand Oeuvre (spirituel et physique). La doctrine fondamentale sera celle des Arcanes. Le maximum des membres est fixé à 12...

Je m'aperçois, en continuant la rédaction de cet article, que je me suis engagé sur un chemin montant, sablonneux, malaisé. Il m'est donc impossible de continuer de telles citations, car Robert Amadou consacre entièrement ces pages (une vingtaine) à Milosz ! Et d'autant plus qu'elles comprennent 7 pages de notes en impression serrée ! Sachez seulement que les noms évoqués à son sujet sont les suivants : Louis Cattiaux, René Guénon, Raymond Lulle, Louis-Claude de Saint Martin, Péladan, Fabre d'Olivet, Martinez de Pasqually, Fulcanelli, Saint Yves d'Alveydre, ...ETC... (j'ai indiqué ci-dessus les références du livre).

J'ai maintes fois évoqué quelques-uns de ces Passeurs dans mon blog personnel...Je reviendrai seulement ici sur un autre grand poète (mystique ?) en-tête de cette liste : Louis Cattiaux. J'ai enregistré une étude le concernant en PDF que vous pourrez lire en cliquant sur le lien : connaitre_louis_cattiaux

Vous pourrez ainsi passer un bon temps d'été poétique... Car le lien Milosz et le lien Cattiaux représentent de longues lectures !

Gérard-Antoine Demon

Posté par Salon des Poetes à 19:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

01 juillet 2022

Nouvelles du Salon

rires suisses

 

vacancescomme en Suisse, prendre le Temps 

 

Posté par Salon des Poetes à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2022

Le Groupe en séminaire

On nous questionne sur le fonctionnement de ce qui est appelé le Groupe d’Etudes que les initiés nomment plus simplement avec des airs mystérieux le Groupe.

Il se réunit une fois par mois dans un lieu confidentiel loin de la foule et possède ses propres règles de fonctionnement.

Les membres se connaissent et s’appellent  par des nomen tels que le pratiquaient les Sages de l'antiquité qui sont des surnoms qui remplacent dans leurs travaux les noms communs de l’état-civil : on y rencontre ainsi Diérèse, Synérèse, Eméasyllabe, Syndecdoque, Antonomase, Chiasme ou autres Paronomase.

Et, chaque mois, la Lettre du Salon publie les mots de passe à utiliser lors de la rencontre suivante...

La rencontre se poursuit par le rituel du chapeau remplacé parfois, modernité oblige, par l’ordinateur vélocipédique offert généreusement à titre de subvention par le service de la Culture de la ville (il s’agit d’un modèle ancien où l’ordinateur est alimenté en électricité par un vélo) ; ce qui permet de choisir quelques mots au hasard de sa mémoire et qui seront les mots de passe de la réunion suivantes. Ce choix est donc le fruit du hasard ce qui a proposé dans le passé des mots tels que concupiscence, tournevis, entonnoir, goupillon. Un jour même, l’ordinateur eu un bug ce qui donna : 372scruphzo** %??

Et la séance se termine par un chant collectif accompagné de gestes magiques, au même titre que les mudras de l’Inde et dont le titre est issu d’une vieille tradition : Chiqualamoune .

Une réunion publique a lieu chaque année en Mai/Juin où les poètes des dimanches après-midi sont admis, ce qui leur permet d’échanger avec ces Sages de la Poésie.

Bien entendu nous n’avons évoqué ici que quelques extraits des réunions de ce Groupe qui se réunit au sein du Salon des Poètes de Lyon. Il faut remercier un membre de ce groupe, qui bien entendu veut rester anonyme, d'avoir fourni de telles informations.

Et voici dont quelques illustrations de la réunion publique de Mai 2022 dans un séminaire de la région lyonnaise avec selon l'habitude, après les verres (pour trouver l'inspiration) les échanges de vers.

IMG_8268

IMG_8269

IMG_8271

 

Posté par Salon des Poetes à 15:14 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

23 mai 2022

Jean Couty

Dans les années 2000 j'étais invité une fois par mois à un repas chez une vieille dame qui réunissait à cette occasion ses amies lyonnaises, un repas de classe, belle table dressée à l'ancienne, nappe blanche, joli service d'assiettes, de verres et d'argenterie...Puis, à partir du café, nous échangions sur un sujet proposé par la maîtresse de maison : humour et amour. Cela était passionnant ! C'est là que je rencontrais une dame affable et fort sympathique : Madame Simone Couty !

Elle nous faisait participer à ses souvenirs très riches (notamment que l'on avait qualifié son mari de peintre mystique suite à ses peintures d'églises ou d'art religieux) et nous disait : ma maison est pleine de tableaux et je pourrais ouvrir un musée...et ses Enfants ont réalisé son voeu !

Je dois d'abord signaler une chose rare : les personnes en difficulté de déplacement y sont accueillies avec cette mention :

 Accessible aux personnes à mobilité réduite logo handicapés car on oublie trop souvent les personnes concernées par un handicap...

Donc, pour sa sortie annuelle le Salon vous convie le Samedi 11 juin 2022

à la découverte du Musée Couty, sous la conduite d’un guide

suivi d’un repas dans le restaurant « FEE MAISON ». 

Nous serons heureux de nous retrouver nombreux

pour cette journée de rencontre amicale, 

10 h 20 : Rendez-vous à l’entrée du Musée. - 1 Place Henri Barbusse LYON (9°)-

Ce musée de peinture de Lyon, ouvert en 2017, est consacré à l’œuvre de Jean COUTY peintre de la seconde moitié du XX ° siècle. L’exposition temporaire vous guidera ‘’ Au fil de l’eau.’’ Nous serons accompagnés par Géraldine, guide descendante de la famille Couty. Jean Couty étant décédé en 1991, c’est son fils qui a rassemblé toutes les pièces exposées, 150 toiles environ

Il y aura la possibilité de revenir l’après-midi (avec le billet du matin) pour revoir tranquillement les tableaux, si vous le souhaitez.

 Accès au musée : BUS 31, 43, arrêt Ile Barbe - Parking gratuit dans la cour pour les visiteurs et devant la mairie - restaurant quelques minutes à pied non loin du Musée

 

131278535

 

 

 

12 h 30 : Repas au Restaurant : FEE MAISON. - 6 Grande rue de Saint Rambert (9°)-

Tony nous a réservé un restaurant atypique ou la cuisine familiale faite par Françoise, la fée du logis vous régalera. 

Menu : Apéritif du Chef

Tarte au fromage

Poulet au citron

Ratatouille lyonnaise et purée

Assiette gourmande

Vin et café inclus. 

S’en suivra la déclamation de nos poèmes. Pas de thème particulier.

.

Prix de la journée : Visite guidée ET Repas 

34.00 Euros par personne pour adhérents du Salon.

37.00 Euros par personne pour non adhérents.

Je vous conseille de visiter le site du Musée Couty car il est très bien fait, très beau et très riche en documentations et illustrations, vous pourrez-vous y promener de longs instants, j'ose le dire : à mon avis extraordinaire...(photos sans flash autorisées)

Musée Jean Couty - Lyon Art Moderne & Contemporain (museejeancouty.fr)

INSCRIPTION A RETOURNER POUR LE 30 MAI 2022

Date impérative pour réservation restaurant

 

Sortie du samedi 11 juin 2022 à Lyon 9°

 

- Nom prénom…………………………………….. …Téléphone :…………………..

Nombre de participants adhérents…… ….. x. 34.00 € =……….…….€

Nombre de participants non adhérents……... …x 37.00 € =…….. ……...€

---------------------

Chèque libellé au nom du Salon des Poètes de Lyon ………………..

A adresser avant le 30 mai 2022 à : Pierre PLATROZ (Trésorier) 06 74 41 02 69

332 Rue du Bourg

69380 DOMMARTIN

 

(vous pouvez découper votre écran pour vous inscrire, à défaut recopier ce bulletin d'inscription)

Gérard-Antoine Demon


 

ajout du 14 juin  : voir album photo en colonne de droite

 

Posté par Salon des Poetes à 20:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

20 mai 2022

Les 100 derniers visiteurs

100

 

(les visiteurs Etats-Unis sont les moteurs de recherches pour référencement et indexations mises à jour)

Posté par Salon des Poetes à 07:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 mai 2022

Dimanche 15 mai : récital de Jérôme Rappo (réédition avec reportage photos)

Nos vies en poésie, et en chansons ! est né de poèmes et de mélodies tombés de mon cœur et de mon esprit, des mots et des notes posés sur les sentiments humains, au fil du temps, des rencontres, des événements qui jalonnent une vie.

D'enfant timide à adolescent timoré, d'une jeunesse à apprendre à apprivoiser les sentiments, s'ouvrir aux gens, découvrir la musique, tomber amoureux, s'épanouir dans le bonheur d'une famille aimante, adorer ses enfants, pleurer de joies et de peines en années qui défilent, écrire chaque jour, et puis chanter, jouer, partager et partager encore.

Les vallées traversées seront faites de mots, fidèles compagnons de mon vagabondage, entourées de forêts, de rivières, de troupeaux, les mélodies s'envolent au-delà des nuages...

Des recueils, un spectacle poético-musical, des concerts...
Des mots, encore des mots, en poésies et en chansons, en écriture ou sur scène,

Parce qu'écrire, chanter et jouer sont un bonheur délicieux,
Parce que lire, écouter et regarder sont un bonheur savoureux,
Parce que partager est un bonheur contagieux...

J'espère vous croiser par ici ou par là, en partage de notre amour des mots.
Affectueusement,
Jérôme


jérôme rappo

 lien : Jerome RAPPO : Poète lyonnais, écrivain, auteur-compositeur, interprète (jerome-rappo-poesies.fr)

Ayant quelque peu l'habitude de la gestion des sites et blogs (280.000 visiteurs entre celui du Salon des Poètes et mon blog personnel) celui de Jérôme Rappo est d'une qualité exceptionnelle : je vous engage à le visiter ! Gérard-Antoine Demon

salon de lecture

Bien que beaucoup de restrictions Covidiennes aient été levées, nous vous recommandons d'être prudents (masque et gel). (Le Salon de Lecture qui nous accueille a installé un système de monte-personnes pour les visiteurs handicapés, sonner pour se faire ouvrir)

 

ajout du 16 mai : reportage photos avec le studio du Moriaux décinois

(avec l'intervention surprise du garde des sous-adjoint du Salon)

1

2

3

4

5

6

7

8

10

 

11

12

13

14

 

Posté par Salon des Poetes à 16:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

10 avril 2022

Le dimanche 10 avril, premier tour des élections présidentielles (photos)

J'en avais d'ailleurs averti lors de la programmation de notre rencontre mensuelle de ce jour. Nous avions donc programmé pour cet après-midi là la valise aux rimes, mais...elle s'est fait la malle.

Le spectacle sera donc assuré par notre poète émérite Jean-François Reygnier, dit Jeff pour les intimes ; il avait déjà assuré un spectacle pour le Salon et il continue d'être soliste du groupe ABC dont nous avons déjà parlé.

jeff1

jeff2

jeff3

salon de lecture

dimanche 10 avril 2022 à 14h30 

les photos du jour

P1020601

P1020602

P1020603

P1020604

P1020607


 

bien que les conditions sanitaires aient été allégées, quelques précautions (masques, gestes barrière, gel, pas d'embrassades, etc...) ont été prises

 

Posté par Salon des Poetes à 17:11 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 mars 2022

Soirée de bienfaisance

IMG-4084cette soirée est organisée au profit de l'association Arts et Enfance qui bénéficiera des recettes récoltées

Depuis 2009, Arts & Enfance a pour objet d’aider l’enfance en difficulté en organisant des ateliers artistiques au profit d’enfants malades, handicapés ou placés en structure d’accueil. Les ateliers sont une bouffée d’air frais pour les enfants qui deviennent artistes de leur vie pour un temps, en musique et chant, en peinture, en sculpture, en écriture, etc…  

Persuadés que l’art favorise le développement de l’enfant et contribue à limiter la précarisation ou la souffrance – qu’elle résulte de la maladie, de la pauvreté ou de l’éclatement de la cellule familiale – les membres de l’association Arts & Enfance, souhaitent associer l’art à des actions destinées à l’enfance. 

Le leitmotiv de l’association est la résilience par l’art, source de joie et de réalisation de soi-même. 

Les valeurs communément partagées par les membres de l’association sont celles du respect de l’enfant – considéré comme une personne dès sa naissance – avec la prise en compte du besoin d’accompagnement de l’enfant dans son développement physique, psychologique, émotionnel et dans l’appréhension de l’environnement qui l’entoure.

lien direct :

Association d'aide à l'enfance | Arts & Enfance (arts-et-enfance.org)

 

Posté par Salon des Poetes à 16:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

ABC (sans Hercule Poirot) à Bron

Le groupe vocal ABC donnera un concert le dimanche 27 mars à 14h à la Maison des Essarts

21 rue du Parc à BRON (69).

L'entrée en sera gratuite 

Pour plus amples renseignements vous pouvez contacter la maison de quartier des Essarts

 

essarts

 

(non Jeff t'es pas tout seul)

et justement Jeff viendra seul cette fois pour notre rencontre dominicale du 10 avril car la valise aux rimes (comme son nom le préfigure) précédemment annoncée, est partie en voyage...

jf

 

Posté par Salon des Poetes à 15:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 mars 2022

dimanche 20 mars 2022

 

 

Posté par Salon des Poetes à 09:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 mars 2022

Piqure de rappel

médecin

Non ce n'est pas ce qui est d'actualité mais un rappel pour nos Concours d'expression francophone ! En effet, nous vous rappelons que l'échance prévue pour la saison 2021/2022 est le 31 mars ...donc, prenez vos précautions ! 

Vous pouvez vous remémorer nos différents règlements en consultant notre article qui leur est consacré en cliquant sur le lien suivant :

Nos Concours francophones pour 2021/2022 - Le Salon des Poètes de Lyon (salonpoeteslyon.fr)

Et continuez votre vie de tous les jours en prenant toujours vos précautions sanitaires  (car il ne faut pas rêver, même si on est poète...)

ivoire livre

 

 

Posté par Salon des Poetes à 09:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 mars 2022

Violette Maurice, une ombre rayée (avec reportage de la conférence)

Remarque préalable : cette conférence d'Anne Chantal Berger était programmée depuis septembre 2021, bien avant la triste actualité de février/mars 2022


Qui était Violette Maurice ?

Née à Saint-Étienne le 23 mars 1919, Violette Maurice est la fille de Robert Maurice, professeur agrégé d’anglais au lycée Claude-Fauriel de Saint-Étienne, résistant et poète.

Étudiante à Lyon, entrée en résistance à l’ Appel du 18 juin, elle fonde à Saint-Étienne avec Claudius Volle et Denise Bonhomme le mouvement clandestin « 93 ». Le mouvement publie un journal également nommé « 93 ».

Soupçonnée par la police de Vichy, Violette Maurice adhère début 1943 au réseau Mithridate à Lyon, où elle rencontre Jean Moulin qui lui donne la mission de regrouper les réseaux de résistance locaux.

Arrêtée le 9 octobre 1943 avec son père par la Gestapo, elle est incarcérée à la prison Montluc puis dirigée sur le camp de concentration de Ravensbrück dans le bloc Nacht und Nebel (nuit et brouillard). Elle y reste un an, avant d’être internée au camp de Mauthausen. Elle refuse d'y travailler pour l'ennemi.

Ses poèmes, écrits au cours de son expérience concentrationnaire ou plus tard, font revivre l'univers des camps de concentration, mais font aussi comprendre l'identité des déportés. Elle est libérée par la Croix-Rouge le 22 avril 1945.

violette maurice 2

 

Au retour, après la convalescence d'une diphtérie contractée au camp et une lente réadaptation à la vie, Violette retrouve Léon Boquin (revenu du camp de Rawa Ruska, en Ukraine), rencontré avant la guerre aux Eclaireurs de France : elle l'épouse en 1947. En réalité, témoigner est un acte difficile, pour Violette Maurice comme pour tous les déportés. 

Après la guerre, Violette Maurice se consacre aussi à la protection de l'enfance malheureuse, appuie le désir d'indépendance des Algériens, donne des cours de promotion sociale auprès d'adultes... Par la suite, elle devient présidente régionale de la LICRA (Ligue contre le Racisme et l'Antisémitisme) de 1977 à 1983.

A partir de 1984, outre son témoignage de résistante déportée, Violette Maurice se consacre à l'écriture de la poésie...

Violette Maurice meurt le 21 novembre 2008 dans sa maison du Chasseur d’Horizons.

violette maurice

 

(cette biographie est le condensé de plusieurs articles parus sur internet : FNAC et Wikipédia)

 


 

 Anne-Chantal Berger présente sa conférence en divers lieux, notamment dans la Loire, vous pouvez également en écouter plusieurs passages sur les ondes de RCF : Rechercher | RCF (patientez : chargement long)

la conférence du dimanche 13 mars au Salon des Poètes de Lyon commencera à 14h45 dans la salle de lecture de la rue de Marseille, avec toutes les précautions d'usage nécessitées par la pandémie actuelle :

salon de lecture

 


et voici le reportage de la conférence réalisé par le studio MFM

1

2

3

4

5

 

 

6

7

8

11

12

14

15

16

Posté par Salon des Poetes à 08:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

25 février 2022

Liberté !

coeurquibat

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard

colombe

Posté par Salon des Poetes à 16:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

09 février 2022

dimanche 13 février nous fêtons bien la Saint Glinglin...euh non, la Saint Valentin...ANNULE

En raison de la pandémie, nous avons consulté les membres du Salon pour nous assurer de leur présence : seulement un petit nombre a confirmé sa présence. Dans ces conditions nous nous voyons contraints d'annuler car nous devons assumer la location de la salle et le transport du matériel (sono) ! La rencontre sera remplacée par un repas restaurant : les membres intéressés peuvent contacter la Présidente selon les canaux habituels.


 

 

RENCONTRE ANNULEE

Pour la première fois depuis bien longtemps, nous nous retrouverons pour un dimanche après-midi ! Mais avec beaucoup de précautions : masque, gel, passe-sanitaire, et, chose que beaucoup regretteront pour la Saint Valentin : des gestes barrières, c'est-à-dire que les mimis seront interdits ! De même nous somme obligés de supprimer notre verre de l'amitié de l'entracte.

mains

A cette occasion nous pourrons écouter le récital de notre ami Jeff, par ailleurs poète émérite, à partir de 14h45 et les autres membres du Salon pourront ensuite grimper sur l'estrade pour déclamer leurs oeuvres de circonstance (st.Valentin).

jf

salon de lecture

participation aux frais pour les non-adhérents : 7 €

Posté par Salon des Poetes à 20:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 février 2022

Le Printemps des Poètes 2022

communiqué de l'organisation 

printemps

DU 12 AU 28 MARS 2022

Édition 2022     L'Éphémère

 

Il en va des mots comme des chansons d’amour qui reviennent par surprise au détour d’une voix, d’un souvenir, d’une émotion. « J’ai pris la main d’une éphémère… » Dansait dans ma mémoire. Sans que je sache qui le premier, de Montand ou Ferré, avait semé ce trouble de l’étrangère en moi. Adolescents nous ne comprenions pas tout à cette romance des années folles, ni même à ce poème que l’on disait roman inachevé, mais pressentions ce mystère de « l’éternelle poésie » qu’Aragon dilapidait sans crier gare.

Une seule et unique voyelle, quatre fois invoquée, entre la fièvre, le murmure, la foudre, l’imaginaire, l’insaisissable, l’à-venir, l’impensé, le maternel, le fugace, la soif, l’énigme, le précaire, l’effervescence, le friable, l’envol, l’impermanence…
Plus vaste que l’antique Carpe Diem et plus vital aussi, L’éphémère n’est pas qu’un adjectif de peu d’espoir. C’est un surcroît d’urgence, de chance et de vérité. Une prise de conscience toute personnelle et cependant universelle, comme un quatrain d’Omar Khayyam, un haïku d’hiver, un coquelicot soudain, une falaise à soi, un solstice d’été, un arbre déraciné ou la vingtaine de numéros d’une revue de poètes du siècle dernier.


Il est temps de sonder à nouveau l’éphémère. De ne pas attendre à demain. De questionner ici et maintenant la part la plus fragile, la plus secrète, la plus inouïe de nos existences.


Dans les pas de Pina Bausch qui nous a légué cette renversante image : la danseuse Clémentine Deluy, née un 21 mars, n’en finit pas de traverser la scène en robe du soir, portant ce stupéfiant sac à dos à même ses épaules nues. Comme la mousse sur la pierre, tel était le titre de l’ultime spectacle, puisé en terre chilienne et photographié par Laurent Philippe, qui a escorté la chorégraphe du Tanztheater de Wuppertal durant des années. La magie étant que celui qui a choisi d’immortaliser L’Éphémère n’est autre que le fils de l’un de nos plus grands poètes français, Ludovic Janvier.


Sophie Nauleau
et pour plus d'informations : https://printempsdespoetes.com/Edition-2022

 

Posté par Salon des Poetes à 13:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]