Le Salon des Poètes de Lyon

Présentation pour la saison 2021/2022 avec masques et gestes barrière...

en guise de préambule


en cliquant sur le titre d'un article vous obtiendrez en bas de cet article un code QR qui permet la lecture sur un mobile (mais pas sur une trottinette)


 

welcome

Est-ce assez que d'aimer si on ne sait pas mettre dans l'amour toute la poésie et toute la  musique du ciel et de la terre

Guy de Maupassant


 

 Pour visualiser les 3 colonnes de ce blog en une seule fois il est préférable de régler le zoom sur 80 ou 90  %

un bandeau au-dessous du titre vous propose quelques catégories


 

 

 Vous pouvez cliquer sur les photos dans nos textes pour les voir en format plus grand.

( le nom de domaine est depuis quelques années www.salonpoeteslyon.fr)


 

nos concours 2020/2021 :

Nos Concours de poésie francophones 2020/2021 sont maintenant échus : ils ont connu un grand succès. Nous avons stérilisé tous les documents reçus et maintenant les membres masqués du jury sont enfermés en séminaire, chacun dans une cage vitrée et ils n'en sortiront qu'après leurs délibérations finales : les résultats sont maintenant connus et vous les trouverez publiés dans un article spécial ainsi que les détails de la remise des prix (tous les lauréats ont été avertis individuellement).


Our Contests are all French-speaking, we must accept this necessity: we understand the difficulties for those who do not practice our language, already for the reading of our articles, but they can use the automatic translation of search engines, which have, nowadays become more reliable.

As for the participations in our Contests, the use of French is essential.


 

Notre blog n'est pas exclusivement réservé aux règlements de Concours mais également à d'autres présentations telles que les productions de nos Poètes émérites, l'annonce de nos activités ainsi que les albums photos rendant compte des dites-activités, qu'elles soient culturelles, sportives ou...culinaires...

L'actualité sanitaire fait que nous avons été obligés de nous adapter : plus de rencontres qualifiées affreusement de "présentielles", animations dominicales mensuelles, réunions du Groupe d'études, remises des Prix, sorties du Salon...Pour le moment toutes ces activités sont supprimées, précautions obligent, mais, même si nous sommes d'un naturel optimiste, il ne faut pas se leurrer, le retour à la normale n'est pas pour un avenir immédiat...Aussi nous utiliserons ce formidable instrument de communication qu'est notre Blog, en attendant mieux ! Et nous vous souhaitons de continuer avec nous en prenant toutes les précautions nécessaires.

venirvoir

car nous avons une majorité de visiteurs muets, bien sûr cette remarque est sujette à plusieurs paramètres car il faut :

1/connaitre l'adresse de ce blog 2/s'y connecter 3/savoir lire 4/savoir écrire...ce qui n'est pas donné à tout le monde...

et c'est encore pire depuis le virus ...heureusement les visiteurs étrangers sont là !

le Maître de la toile...


 

 

Posté par Salon des Poetes à 16:37 - - Commentaires [27] - Permalien [#]


29 novembre 2021

Remise des prix 2021 : réédition avec film

Proclamation des résultats du « Prix Biennal René Laplace»

et de tous les palmarès adultes et enfants

 Nous attendions tous les lauréats ou primés et leurs familles

le samedi 27 novembre 2021- 15h –

Domaine LYON Saint Joseph***

38 Allée Jean Paul II – 69100 Sainte Foy Les Lyon

photo domaine

 

une partie musicale a ponctué l’après-midi,avec le groupe :

Mélouna & Co (comme en 2019 : voir album photos en colonne de droite)

les studios Lampin et Népomucène ont réalisé quelques photos dont vous trouverez l'album en colonne de droite (attention l'ordre des numéros de photos n'a pas été respecté par le système)

remarque :

le buffet a fait l'unanimité...

et un réalisateur des Productions Quicot était dans la salle : voici le film 

 

 

Posté par Salon des Poetes à 08:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

07 novembre 2021

ABC (sans Hercule Poirot) à Bron

Le lendemain de notre distribution des prix (voir article du 24/9) le groupe vocal ABC donnera un concert le dimanche 28/11 à la Maison des Essarts 21 rue du Parc à BRON (69).

L'entrée en sera gratuite mais, du fait des circonstances, le pass sanitaire sera exigé.

Pour plus amples renseignements vous pouvez contacter la maison de quartier des Essarts

 

 

essarts

 

(non Jeff t'es pas tout seul)

Posté par Salon des Poetes à 17:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

01 novembre 2021

Hommage aux poètes disparus

Souvenez-vous : c'était un hommage à Jean Cocteau

 

 

Posté par Salon des Poetes à 07:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 octobre 2021

Une lettre du Salon

Comme nous le faisons régulièrement, vous trouverez ci-dessous un lien pour consulter notre Lettre de Mars 2021, en pleine période de confinement. Nous vous rappelons que cette lettre est réservée aux Membres de l'Association.

lien : LETTRE_MARS_2021

Posté par Salon des Poetes à 07:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


24 septembre 2021

Palmarès 2021

voir détail dans l'article :

Palmarès et remise des prix des Concours 2020/2021 - Le Salon des Poètes de Lyon (salonpoeteslyon.fr)

Posté par Salon des Poetes à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nos Concours francophones pour 2021/2022

Pour nos lecteurs qui piaffaient d'impatience envers et contre tout pour nos Concours 2021/2022 nous publions les réglements des différentes catégories :

Concours_haïkus_et_poèmes_courts_SDP_2022_

Concours_Mignardises_SDP_2022

Concours_poesie_Adultes_SDP__2022

Concours_poesie_Enfants_SDP__2022

vous pouvez cliquer sur chacun pour en connaître les détails.

Cette année le code d'identification est unique quel que soit le nombre de créations proposé et donc un bulletin pourra être joint à votre envoi : (cliquez sur l'imge pour agrandir)

fiche inscription

vous pouvez copier ou recopier cette fiche, l'imprimer...à défaut découper votre écran...mais cela peut être problèmatique...


Our Contests are all French-speaking, we must accept this necessity: we understand the difficulties for those who do not practice our language, already for the reading of our articles, but they can use the automatic translation of search engines, which have, nowadays become more reliable.
As for the participations in our Contests, the use of French is essential.


 Il apparait que seuls nos règlements de concours intéressent beaucoup de nos visiteurs. Certes, cela est fort important dans la vie du Salon des Poètes de Lyon, mais ce n'est pas tout : vous pouvez participer à nos différentes activités annoncées dans la colonne centrale et relatées par albums photos dans la colonne de droite. Nous présentons ainsi un après-midi dominical artistique et culturel (conférences, récitals, concerts, théatre, etc...) par mois ; ne pas oublier les rencontres du vendredi soir de notre Groupe d'Etudes ainsi que nos différentes publications (que vous pouvez vous procurer lors de nos après-midis du dimanche). Sans oublier notre traditionnelle journée (visite et repas) de fin de saison et notre non moins traditionnel mâchon de rentrée (lors de l'Assemblée générale) ; en résumé le Salon des Poètes de Lyon ne se résume pas à nos Concours de Poésie mais recouvrent de nombreuses activités culturelles...et culinaires.
Le Salon n'est ni un  éditeur, ni un distributeur de livres, d'autre part les quelques ouvrages que nous présentons sont ceux de poètes "émérites", membres fidèles de notre Association.

Posté par Salon des Poetes à 13:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Palmarès et remise des prix des Concours 2020/2021

Proclamation des résultats du « Prix Biennal René Laplace»

et de tous les palmarès adultes et enfants

 Nous attendons tous les lauréats ou primés et leurs familles

le samedi 27 novembre 2021- 15h –

Domaine LYON Saint Joseph***

38 Allée Jean Paul II – 69100 Sainte Foy Les Lyon

photo domaine

plan d'accès à partir du rond-point de l'Horloge à Tassin

accès st joseph

domaine itinéraire

Prenons comme point de départ le Rond-Point de l'horloge de Tassin, facile d'accès.

Prendre vers l'est la direction de Lyon-centre/A6 par avenue de la République/à un grand carrefour, à un feu prendre à droite la bretelle pour francheville/craponne/ménival/étoile d'alaï,

continuer toujours tout droit par bld des Hespérides (D530)/toujours tout droit avenue Eisenhower

au carrefour avec rue de la garenne prendre à gauche/traverser la rue pierre Valdo en face la rue Chazay, la suivre jusqu'à la rue commandant Charcot, tourner à gauche

en face de l'hopital pierre Garraud tourner à droite pour la rue laurent Paul jusque au chemin chantegrillet/à droite chemin des fonts puis tout de suite à gauche pour allée Jean-Paul II, parking gratuit sur place. (on peut également s'y rendre par téléphérique ...dans le futur...ou poser son hélicoptère sur la pelouse)

 

Accès par Bus
Ligne C20 : arrêt La Plaine rue Cdt Charcot (puis 7 mn à pied)
Ligne 90 : arrêt Ste‐Foy Les Sources chemin des Fonts (puis 8 mn à pied)
Ligne 45 : arrêt Invalides – Hôpital P. Garraud rue Cdt Charcot (puis 13 mn à pied)

 en raison des consignes sanitaires il est nécessaire de s'inscrire pour assister à cette remise des prix, ainsi que pour le repas facultatif auprès de (cliquez sur cette image pour l'agrandir)

 

inscription

une partie musicale ponctuera l’après-midi,avec le groupe :

Mélouna & Co (déjà en 2019)

mélouna

Merci de vous présenter entre 14h30 et 14h50, pour laisser le temps aux responsables de l’hôtel de contrôler

les passes sanitaires obligatoires (ou un test PCR de moins de 72h) suivant la loi actuelle.

repas

 

 


 

IMPORTANT

Avec ses 19 salles de réunion et son amphithéâtre accessibles aux personnes à mobilité réduite


 

PRIX BIENNAL RENE LAPLACE – Edition

 

Yves RENAUD de MONTROUGE- 92120

pour son recueil :

« TERRE-ESTRE »

 

Section MIGARDISES Poésie - Edition

 

1er prix : « Quelques instants de poésie »- Yves ROUSSEAU - 49100 ANGERS

2ème prix : « Les mémoires du sablier » - Mohamed MLEIEL - 89360 FLOGNY LA CHAPELLE

3ème prix :«  Quatrains sur la nuit » -Laura SERIO – 94200 IVRY SUR SEINE

  

Section MIGARDISES Nouvelles- Edition

 

1er prix : « Toute une vie de labeur » - Marianne LAPLACE – 69800 SAINT PRIEST

2ème prix : « Rendez-vous « Musée d’Orsay » - Joss GONTARD- 69160 - TASSIN LA DEMI LUNE

 

 Section L – Poésie Libre

 

1er prix : 120 € – «Histoire d’eau » – Yves RENAUD -92120 MONTROUGE

2ème prix ex : 60 € – «La poésie vraie » - Yvan-Didier BARBIAT - 34400 LUNEL

Mentions :

  • «Les p’tits bonheurs » - Elizabeth ROBIN - 78480 VERNEUIL-SUR-SEINE

  • « Errance » - Juliane ROUSSEL -34110 FRONTIGNAN

 

Section C - Classique

 

1er prix : 120 € – «Les sculpteurs de neige » - Elizabeth ROBIN - 78480 VERNEUIL-SUR-SEINE

2ème prix : 60 € – «Au fil des jours » - Pierrette TOURNIER - 38220 VIZILLE

Mentions :

  • « L’amour ce sont ces chrysalides » - Alain MANARANCHE – 63310 RANDAN

  • « Le credo du poète » - Marie-Alberte CHANAY -38390 – MONTALIEU VERCIEU

 

Section NC – Néo Classique

 

1er prix : 120 € – «Quand se tire le rideau » - Yvan-Didier BARBIAT - 34400 LUNEL

2ème prix : 60 € «Sonate en bleu mineur » -Pierrette TOURNIER - 38220 VIZILLE

Mentions :

  • « Tenaces souvenirs » - Mr Dominique SIMONET - 72200 LA FLECHE

  • « Sous la tente » - Henri FLOQUET - 69006 LYON

 

Section S – Sonnet – Prix Léopold Morrelière

 

1er prix : 200 € – «Vertige astral » - Yves ROUSSEAU - 49100 ANGERS

  

Section N – Nouvelle -

 

1er prix : 120 € – «Le piano de Mathilde » - Yvan-Didier BARBIAT - 34400 LUNEL

2ème prix : 60 € – « Marieke » - Pierre PLATROZ – 69380 DOMMARTIN

 

HAÏKUS et POEMES COURTS

 

1er prix Haïku : 100 € - «Neige en blanc battu » - HARTWEG Christiane - 75014 PARIS

1er prix Poème court : 100 € - « Démasquée » - Corine CUSIN-PANIT - – 69150 DECINES

 

SECTIONS ENFANTS

 

Section A - Cours élémentaire

1erprix : 15 € - « O beau chat » - Bastien DANTON - 73480 VAL CENIS LANSLEVILLARD

 

Section D - 2ème – 1ère – Terminale

1erprix :40 € - « Fascination cosmique » - Zéphyrine MIMET-BRUEZ - 62810- ESTREE-WAMIN

2ème Prix : 25€ - « Ne me demande pas pardon » - Sahra MAS – 34700 UXLAS DU BASC

Mentions : « Marie » - Cécile KLEIN - 57660 LANING

« Précocité » - Camille LACHARME - 69860 DEUX-GROSNES

 

Seuls les poètes ayant obtenu un Prix peuvent se prévaloir du titre de

« Lauréat des Concours du SALON des POÈTES de LYON »

Tous les Lauréats sont avertis directement par courrier

 

 

 

Posté par Salon des Poetes à 12:21 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

15 août 2021

Nous partons en Vacances ! (confirmation du message du 12/8/21)

bisounours

 

mais rassurez-vous les Jurés (anonymes et bénévoles) de nos Concours continuent de travailler sur vos nombreux envois !

Posté par Salon des Poetes à 07:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

12 août 2021

Nouvelles de l'été

Plusieurs Membres du Salon sont partis en croisière sur un pédalo collectif, mais dans un mois ils seront de retour...

vacances

 

la poésie n'est-elle pas une histoire de pieds ?

Posté par Salon des Poetes à 09:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Pour les Poètes impatients...: le programme de la Saison 2021/2022

Oh bonheur, nous pouvons vous annoncer la reprise de nos activités poétiques dès le mois d’octobre prochain. 

Que dire de ces mois si particuliers dont nous avons tous souffert…que ce soient ceux qui ont été atteints par la maladie ou ceux qui ont vu partir leurs proches, ou ceux dont l’isolement a été difficile….personne n’en sort intact. 

L’écriture et la poésie ont continué et contribué à maintenir des liens forts entre nos adhérents; un grand mercià tous ceux qui ont pensé aux autres et ont fait relais pour donner des nouvelles bonnes ou mauvaises, dans un entrelacs amical et sincère. 

Alors bien sûr le virus continue son chemin hélas, mais nous allons tout faire pour protéger au mieux ceux qui nous feront le plaisir de réinvestir nos vendredis d’écriture et nos dimanches de retrouvailles…. 

Qu’on se le dise et qu’on le crie bien fort….

Le Salon des Poètes rouvre ses portes  !!!! 

Poétiquement vôtre

Maryse Cornet Carayol

Présidente du Salon des Poètes de Lyon

bach

euh...non...il y a visiblement une erreur iconographique : portrait de la Présidente-fondatrice du Salon, madame Bach-Sisley...


 

Les rendez-vous du Salon des Poètes

Saison 2021-2022

salle de nos rencontres dominicales

Entrée non adhérents  : 7 euros (gratuit pour les Membres)

À la SALLE DE LECTURE DE LYON

39 bis Rue de Marseille – 69007 LYON (près de l'ancien immeuble Citroen)

Tram T1 ou Bus 35 – Arrêt Rue de l’Université


 

Mardi 19 octobre 2021 (avec pass et masques car restaurant)

16 h 30  - Assemblée générale annuelle

au Café des trois Rivières

2 place des Terreaux – 69001 LYON (l'accès en est facile à pied, en trottinette ou par hélicoptère)

(il sera nécessaire pour chacun de consommer une boisson pour nous permettre d’utiliser gratuitement cette salle privatisée en étage)

19h30- repas typiquement Lyonnais au Café des Fédérations- (avec pass et masques)

9 rue Major Martin- 69001 Lyon

pour ceux qui le désirent

(inscription en septembre)


Samedi 27 novembre 2021 

Remise des prix

Domaine Lyon Saint Joseph (ancien séminaire de Lyon devenu résidentiel, pour en savoir plus : 

Domaine Lyon Saint-Joseph (domaine-lyon-saint-joseph.fr)

38 Allée Jean-Paul II, 69110 Sainte-Foy-lès-Lyon )

15h - une partie musicale ponctuera les remises de prix aux lauréats avec le groupe  Mélouna & Co

 Vers 18h un buffet conclura l’après midi

19h30- repas des poètes sur réservation (papillon d’inscription en septembre)


Dimanche 12 décembre 2021 

14h45/18h30 – Salle de lecture de Lyon

Récital de notre ami JEFF


 Dimanche 9 janvier 2022 

14h30/18h30 – Salle de lecture de Lyon

Chantal FALLETTO - Antoine HERMANTVoix et piano JAZZ avec le partage de la galette et le tirage des Reines et Rois


Dimanche 13 février 2022 

14h45/18h30 – Salle de lecture de Lyon.

La Saint Valentin étant toute proche nous sommes en train de peaufiner un après midi poétique " très amoureux" avec ... mimis et masques pensez y déjà et préparez vos plumes  !

 Poésies amoureuses pour tous


Dimanche 13 mars 2022 

14h45/18h30 – Salle de lecture de Lyon

Conférence d’Anne Chantal Berger  :

Une ombre rayée…

Violette Maurice, déportée-Résistante


Dimanche 10 avril 2022 (premier tour élection présidentielle)

14h30/18h30 – Salle de lecture de Lyon

Spectacle préparé par « La valise aux rimes »


Dimanche 15 mai 2022

 14h45/18h30 – Salle de lecture de Lyon

Jérôme Rappo, poésies et chansons


Samedi 11 juin 2022

 la Sortie annuelle de l'année dernière fut annulée à cause d'un pangolin chinois, le projet est donc maintenu pour cette année

avec la visite guidée du Musée Jean Couty Lyon à Saint Rambert

puis repas de clôture de saison


rappel de notre Garde des Sous

N'OUBLIEZ PAS DE REGLER VOS COTISATIONS EN OCTOBRE 2021 ! NOUS VOUS EN REMERCIONS PAR AVANCE 

Cotisations 2021-2022 (d'octobre 2021 à juin 2022)

Individuel : 32 euros

Couple : 46 euros

Étudiant/Personne en difficulté : 15 euros

Adhérent lointain : 20 euros

Groupe d’Études : 6 euros

(militaires, femmes enceintes et familles nombreuses : tarif sur demande )

Payables par chèque à adresser

au Trésorier Pierre PLATROZ

332 rue du Bourg 69380 DOMMARTIN


Nos nouveaux concours de Poésie francophone 2022

pour Jeunes et adultes, Haïkus et Poèmes Courts, Mignardises

 seront ouverts à la rentrée 2021-2022 avec publication des règlements

 


 

 BLOG DU SALON

Si vous voulez avoir de plus amples renseignements sur le Salon et ses activités, voir les photos de ses manifestations, lire les poèmes primés des adhérents du Salon, et bien d’autres gourmandises poétiques, nous vous donnons rendez-vous sur le site 

 le site du Salon est  : http://www.salonpoeteslyon.fr/


 

INFO COVID

Depuis le 21  juillet  2021 et jusqu'au 15 novembre 2021 inclus (SAUF PROLOGATIONS), le pass sanitaire est obligatoire pour accéder à tous les événements ou lieux recevant au moins 50  personnes. Ce sont tous les lieux prévus pour des activités culturelles, sportives et de loisirs ainsi que les foires ou salons professionnels.

Dans le détail, les lieux concernés sont  :

  • les salles d'auditions, de conférences, de projection, de réunions  ;

  • les salles de concerts et de spectacles  ;

Et ceci n'empêche pas de continuer au mieux le port d'un masque, le gel hydro-alcoolique et les gestes dits barrières et même après le 15/11, car il ne faut pas se faire d'illusion, le virus est à l'état latent pour longtemps !

notre controleur de pass-sanitaire

boudymasqué

 


 

Posté par Salon des Poetes à 08:41 - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 juillet 2021

La Légende personnelle

J'avais publié ce texte sur mon blog personnel en mai 2020, mais je pense qu'au début des vacances, ce pourrait être un superbe exercice pour ceux qui ont la passion d'écrire.
Paulo Coelho dans son livre L'Alchimiste, qui devint un best-seller avec des millions d'exemplaires vendus dans 22 pays, parlait de la LÉGENDE PERSONNELLE de chacun. Ceci est une clé dans son livre qui en contient bien d'autres plus ou moins cachées...
Nous vivons dans un monde qui se morfond, qui, dans son ensemble, a perdu la notion de simple joie de vivre. Un monde où tout est concurrence, où les gagnants le font savoir aux perdants, enfin à ceux qu'ils pensent être perdants.
Bien sûr, bien souvent ils le sont, par le manque de Bonheur, le manque d'Amour, le manque de santé, le manque de richesse, le manque de travail, et en cherchant bien on pourrait encore trouver une multitude de manques...
La tristesse de vivre, la solitude, la maladie, la pauvreté, le chômage, tels sont les maux qui frappent, souvent durement, une multitude de gens et tout cela est agravé en ces mois de Mars, Avril 2020.
Tout cela ils l'ont affronté, ils l'affrontent dans leur vie de tous les jours et c'est devenu une triste habitude. Et pourtant qu' y a-t-il de nouveau qu'il leur reste à accomplir ? Malgré tous ces tracas, la VIE.
Il n'y a rien de plus beau que tout cela, ils doivent apprendre, il faut leur apprendre que demain encore le soleil luira pour tout le monde, donnant un espoir chaque jour renouvelé et cela malgré les tracas de la vie quotidienne. A chaque malheur, petit ou grand, s'opposent des bonheurs, petits ou grands ; s'il le faut, contentons-nous des petits bonheurs et réjouissons-nous en, ils peuvent grandir et devenir de grands bonheurs.
MAIS le constater ne suffit pas, il ne faut pas rester passif mais agir : il ne suffit pas en cette période dramatique qui touche le Monde entier de dire "ça ira mieux demain". A l'image des singes chinois ils ne veulent voir, ne rien dire et ne rien entendre. Le déni a un prix : déjà 140000 morts connus en date du 17 avril 2020 et une crise économique comme le Monde n'en a jamais supporté, nous attend (déjà 22 millions d'Américains au chomage en un mois). Certains diront : ah oui mais faut pas être négatif...CELA NE SUFFIT PAS ! Le Monde doit inventer un nouveau paradigme pour remplacer la mondialisation actuelle,abandonner l'idée d'être le plus beau, le plus fort, le plus riche et ne plus vivre PAR les autres mais POUR et AVEC les autres.
Et tout cela fait partie de la La légende personnelle de chacun, revivons notre passé, imaginons un livre, un grand livre où tout est inscrit et chacun sera étonné de sa propre vie, de la quantité considérable de pages qui est déjà écrite et qu'il doit continuer à écrire en faisant évoluer, circonstances obligent, ses options de vie.
Point n'est besoin de faire appel à l'extérieur, tout est en soi...A chacun de le trouver, d'abord réfléchir, seul, puis agir...avec les autres.
Et cela pourrait être le sujet d'un devoir de vacances : essayer de reconstituer sa légende personnelle en remontant le plus loin possible dans le temps. Des praticiens de l'accompagnement, souvent nouvelageux, guident sur ce chemin...moyennant finances...ors, cela chacun peut le faire tranquillement chez soi, sans même avoir besoin de regarder son ego dans un miroir. Je voyage ainsi dans mon temps en le pratiquant souvent et j'expliquai cela à une amie thérapeute qui me répondit : mais c'est ce que je fais faire à mes patients !. Et il est bon d'ouvrir un cahier ou un carnet pour le noter, avec de la patience on est surpris à quel point les souvenirs reviennent, pas toujours en ordre chronologique, d'où l'intérêt de noter. Donc, si le coeur vous en dit, prenez le temps pour ce bon devoir de vacances...
Gérard-Antoine Demon
(je suis remonté à ma période de la poussette, mais une photo m'énerve : je ne me souviens pas quand et où elle a été prise)

 

 

Posté par Salon des Poetes à 13:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 juin 2021

Bénin chante Cadou, réédition avec compléments

J'adore l'immense poète que fut René-Guy Cadou, j'adore le chanteur Môrice Bénin : cadeau !

cadou

avec Hélène !

voir en commentaire précision importante

MAIS :

Morice Benin, est un chanteur, auteur-compositeur-interprète français, né à Casablanca au Maroc le 21 juillet 1947 et mort à Die le 19 janvier 2021.

et pour le plaisir j'ajoute un extrait de son site spécifique :

L’œuvre de Cadou le poète a été rêvée, aimée, habillée de musique, et sera chantée par des poètes.

Car poètes ont été tous les auteurs de ce spectacle…

C’est une entreprise risquée de chanter l’œuvre écrite d’un autre…

Sauf quand l’osmose est évidente par-delà la mort de l’un, quand la rencontre est aussi éclatante et émouvante.

René-Guy Cadou (1920-1951), poète charnel et lumineux, pétri des soucis et angoisses de son temps, être de rêves et de racines, violent dans ses infinies caresses, amoureux de l’amour… ne pouvait rencontrer que des frères.

Pour ceux qui ignorent encore tout de lui, quelle merveilleuse rencontre que ce spectacle, fervent et savoureux comme son verbe.

Morice Benin, tendre et virulent, plus de trente disques, des livres, des essais, des milliers de kilomètres parcourus sur les routes de la Chanson…

Et (momentanément) délaisse les siens pour se mettre au service de l’autre. La tessiture de la voix, la personnalité de l’homme s’accordent étonnamment avec les mots, la musicalité d’une écriture.

Ces textes, Benin les a habillés d’une musique qui porte le verbe sans prendre le pas sur lui, en retrouvant sa ligne mélodique profonde.

Et de cette lente plongée poétique, l’on ressort comme harmonieux, avec l’étonnement d’avoir fait une rencontre importante…

Françoise Morvan


Cadou, le sourcier

Cadou nous a imaginé vivants, aujourd’hui…

C’est pour cela qu’il nous a désignés dans l’un de ses plus beaux poèmes :

 « Pour plus tard »,

Comme s’il avait pu percevoir, un demi-siècle par avance, notre quête…
Sa poésie irrigue notre toundra intérieure. Elle ne nous lâchera plus !

Elle demeure source d’évidence s’écoulant à travers la roche, sur le calcaire de notre résignation, là où bruissent un silence et une solitude solaires.
Les mots de Cadou n’existent alors que pour nous ramener à cet essentiel que nous n’aurions jamais dû délaisser ne serait-ce qu’un seul instant : Le foisonnement bienfaiteur d’une nature souveraine, la flammèche amoureuse rendant supportables nos existences chaotiques, la bolée de cidre amicale pour faire trinquer humour et fidélité… Le tout pressentant un sens qu’à défaut d’autre chose, nous appelleront divin, aux antipodes des conforts religieux et plaçant l’être en face de la grande question du sens de l’existence…

C’est cela la poésie de Cadou : Elle nous relie par un fil invisible à tous les « A » fondateurs : Arbre, Amour, Amitié, Absolu… et Allégresse en prime.

Comme s’il n’avait été qu’un grand frère-explorateur revenant de derrière le couchant en nous débroussaillant des pans entiers de ciel pur…

Morice Benin


Lettre d’Hélène Cadou

« … Quels mots trouver pour vous dire l’intense fraternité éprouvée l’autre soir avec un public dont l’enthousiasme et l’émotion étaient infiniment perceptibles pour moi qui, dans l’ombre, René à mes côtés comme parlant chaque vers, chaque murmure, vous écoutais offrir sa peine, sa joie, ses cris portés par votre voix, votre musique, comme si vous les ressentiez à chaque minute au présent… C’était cela, grâce à cette magie du talent et de la vocation profonde, tout était au présent : la table de Louisfert  et la parole murmurée, grandissante, qui dépasse les murs et envahit les cœurs.

Vous donnez, parce que vous le ressentez au plus vrai, la force de cette parole à tous et la musique si belle emporte loin le message… Merci au plus vrai… Comme à un frère de René, je vous dis ma fidèle amitié »

Hélène Cadou, le 17 janvier1991 : Première au Forum des Halles de Paris.


Ce qu’en dit la presse…

« Une voix incomparable pour chanter la poésie d’un certain René-Guy Cadou, cet instituteur de Loire Atlantique mort en 1951 à l’âge de 31 ans, que Morice Benin a merveilleusement mis en musique, ce qui donne des chansons d’une beauté, d’une profondeur et d’une richesse rares.

« Les morts jeunes sont aimés des dieux…»

Morice Benin, lui, est aimé des hommes et des femmes de notre temps, particulièrement de ceux et des celles, tous âges confondus, qui pour l’entendre, le déguster, se sont retrouvés en grand nombre à l’auditorium. Sur les visages des spectateurs, une attention extrême, une admiration sans faille, une complicité de tous les instants. Morice Benin mérite la note maximum.

Et l’admiration, finalement, va avec la même passion discrète et intimiste au poète mort « dans la fleur de son âge », et à son talentueux interprète. Ils sont indissociables pour le cœur et la raison… »

Micro, « Le Dauphiné libéré »


« Dès les premières minutes, Morice Benin sait installer une émotion qui ne retombera pas. Rien de passéiste pourtant dans ce récital : mis en musique avec beaucoup de talent, les textes de l’auteur ressortent avec une urgence, une actualité, une véhémence toutes nouvelles…

Installé devant un bureau, le chanteur allume une bougie et écrit dans la pénombre. Une bande diffuse des chants d’oiseaux, les cloches de l’église, et le grattement de la plume sur le papier. Cette brève mise en scène crée une ambiance complice. De superbes parties de guitare (Dominique Dumont) enchâssent les couplets, et la voix sait parfaitement faire ressortir les phrases-chocs qui ponctuent les poèmes. « Je n’ai que les droits du plus faible… »

Morice Benin sait pourtant préserver une part de mystère, susciter des interrogations chez les spectateurs. Il a ouvert de nouvelles pistes dans la compréhension de l’œuvre du poète, dont on a pas fini de faire le tour. »

J.-P. B., « L’éclaireur »


« … Aussi rigoureux, rares et talentueux que soient les spectacles et les disques de Morice Benin, il faut entendre cet artiste exceptionnel de vive voix. Rarement cette expression n’eut plus de sens qu’au sujet de Benin chantant Cadou. Le timbre vif et chaud installe un climat de qualité partout où il se produit… Charnels, simples, accessibles, ces poèmes n’ont pas fini de toucher les générations d’aujourd’hui et de demain qui ne le connaissent pas. … Parions que ce sera grâce à des chanteurs comme Morice Benin que la voix de Cadou continuera de ce faire entendre au cours de ce siècle.

 Grand prix de l’Académie Charles Cros, Morice Benin a réalisé un prodigieux travail autour du poète… »

A. Thimel


 le site : http://moricebenin.fr/ où vous pouvez lire ses écrits et même acheter ses CD



 

Posté par Salon des Poetes à 16:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mai 2021

La Poésie en hiéroglyphes...

A demi-confinés je vous propose de continuer la visite de quelques textes poétiques, je vous propose de remonter le temps de quelques...siècles !

Tu te lèves beau dans l'horizon du ciel,

Soleil vivant, qui vis depuis l'origine.

Tu resplendis dans l'horizon de l'est,

Tu as rempli tout pays de ta beauté.

Tu es beau, grand, brillant. Tu t'élèves au-dessus de tout pays.

Tes rayons embrassent les pays, jusqu'aux confins de ta création.

Toi qui es Rê, tu les soumets tout entiers,

Les liant tous pour ton fils aimé.

Tu es loin, mais tes rayons sont sur la terre.

Tu es sur le rivage des hommes, et l'on ne connaît pas tes venues.

Quand tu reposes à l'Occident, sous l'horizon,

La terre est dans une ombre, semblable à celle de la mort…

A l'aube, tu resplendis dans l'horizon, tu illumines, toi le soleil ;

Dans le jour, tu chasses le noir lorsque tu donnes tes rayons.

Les deux pays s'éveillent en fête, les hommes se lèvent sur leurs pieds,

A cause de toi, ils lavent leur corps, prennent leurs vêtements ;

Leurs bras s'ouvrent pour adorer ton lever,

La terre entière fait son ouvrage…

Tu développes le germe dans les femmes

Et de la semence fais des hommes,

Entretenant le fils dans le sein de sa mère,

Et l'apaisant pour qu'il ne pleure pas ;

Nourrice dans le sein,

Tu donnes à ce que tu crées le souffle qui l'anime.

Quand l'enfant sort du sein… le jour de sa naissance,

Tu ouvres sa bouche et tu pourvois à ses besoins…

Combien nombreuses sont tes oeuvres, mystérieuses à nos yeux !

Seul dieu, toi qui n'as pas de semblable,

Tu as créé la terre selon ton coeur, alors que tu étais seul,

Les hommes, toutes les bêtes domestiques et sauvages,

Tout ce qui est sur la terre et marche sur ses pieds,

Tout ce qui est dans le ciel et vole de ses ailes ;

Les pays étrangers, Syrie et Nubie, et la terre d'Égypte,

Tu as mis chaque homme à sa place

Et tu pourvois à leurs besoins.

À chacun sa provende et son temps de vie.

Leurs langues sont diverses en paroles,

Leurs caractères aussi et leurs teints diffèrent ;

Tu as distingué les contrées.

Tu crées le Nil débordant des Enfers et le fais surgir par amour

Pour que vivent les habitants, puisque tu les as faits pour toi,

Tous les pays les plus lointains, tu les fais vivre,

Tu leur as donné un Nil qui déborde du ciel

Pour descendre sur eux, battre les coteaux de ses ondées

Et arroser leurs champs entre leurs villages.

Tu es seul à resplendir sous tes aspects de soleil vivant ;

Que tu apparaisses à peine ou que tu sois au comble de l'éclat,

Que tu sois loin ou te rapproches,

Tu as créé des millions de formes de toi seul,

Villes et villages, les champs, les chemins et le fleuve…

Les êtres de la terre se forment sous ta main comme tu les as voulus.

Tu resplendis, et ils vivent ; tu te couches et ils meurent.

Toi, tu as la durée de la vie par toi-même, on vit de toi.

Les yeux sont sur ta beauté jusqu'à ce que tu te couches.

Depuis que tu as fondé la terre, tu les élèves pour ton fils,

Issu de ta chair, le roi des deux Égyptes.

(sur le site du Ministère de l'Education Nationale, le grand hymne à Aton datant du XIVième siècle avant notre Ere)


 

et cela a été mis en musique par Philpp Glass dans l'EXTRAORDINAIRE opéra Akhenaton à qui le texte serait attribué...en plus des mots je vous laisse rêver !

 

 Depuis que j'ai eu connaissance de cet opéra par un ami musicien érudit, je n'ai eu de cesse de me procurer le coffret de 3 CD (durée plus de 3 heures !). Il faut préciser que cet opéra ne peut être représenté partout car il nécessite un orchestre et des choeurs importants, les paroles sont en langues anciennes et il est commenté par un narrateur en langage moderne du pays où il est joué ; de même le dispositif scènique est fort important. Et donc l'hymne à Aton est l'un des passages-clés de l'oeuvre.

Gérard-Antoine Demon

 

 

Posté par Salon des Poetes à 12:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 mai 2021

Le Salon des Poètes de Lyon fait le tour du monde...

100

Posté par Salon des Poetes à 08:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 avril 2021

Rencontre

Voici une promenade dans la Sagesse : cette Sagesse est partie prenante, comme la Poésie, de la Littérature et de la Culture en général et impose une grande humilité...Je l'ai constaté maintes fois. Il me fut donné, à plusieurs reprises, de faire des rencontres avec quelques personnes sortant du commun, dont certains de très haut niveau : voici l'un de ces personnages.

Une amie aidait dans le village du Bois d'Oingt un vieux monsieur, pour sa cuisine et son ménage. Souvent elle me disait combien c'était un personnage passionnant et qu'elle aurait aimé que je le connaisse.

L'occasion vint un jour où il décida d'organiser un repas de dimanche avec ses vieux copains du village. On se retrouva donc six ou sept autour dune belle table dressée à l'ancienne, nappe blanche, joli service d'assiettes, de verres et d'argenterie, avec mon amie comme cuisinière et serveuse. La grande salle de séjour était, elle aussi à l'ancienne, on peut dire surannée, avec des tableaux anciens, des vitrines débordantes de livres et de documents, et chose spectaculaire, des piles de dossiers énormes posés en haut de bibliothèques et s'élevant presque jusqu'au plafond !

Ce vieux monsieur était un noble vieillard à la couronne de cheveux blancs tel qu'un homme aimerait devenir, prenant son temps pour réfléchir puis pour parler, et visiblement il était fatigué par l'âge et un peu dépassé par ses autres convives qui échangeaient sur les potins des autres vieillards du pays et sur des souvenirs quelconques mais importants pour eux.

Il me proposa et demanda à mon amie de nous servir le café sous le grand arbre du jardin, loin des conversations futiles. Mais me direz-vous, qui était-il ? Un très vieux professeur de philosophie ayant enseigné une grande partie de sa vie dans une Université de Paris ! Vous imaginez la sagesse de ses propos. Je lui parlai de mes propres passions, la poésie, la recherche historique, l'architecture sacrée, les religions. Ainsi se passa notre entretien dans ce jardin agréable, puis les autres convives arrivèrent et... notre conversation s'arrêta. Ce grand jardin entourait une superbe maison bourgeoise de trois étages dont il était propriétaire avec deux de ses frères dont l'un était concertiste de réputation internationale, vivant dans le même village. Jacques, c'était son prénom, occupait quant à lui le rez-de-chaussée de la maison.

L'après-midi passa trop vite, puis je rentrai chez moi. Le lendemain je reçus un coup de téléphone de mon amie qui me dit que notre conversation avait tellement plu au vieux professeur qu'il voulait absolument me revoir, mais tranquillement sans les autres. Et je revins...Il m'expliqua que les piles de dossiers étaient des thèses de philosophie dont il avait supervisé la rédaction et l'exécution, ainsi que d'autres qu'il avait eues à juger à l'Université de Paris.

La conversation continua sur les tableaux accrochés au mur, surtout sur l'un d'entre eux, une Vierge à l'enfant datant vraisemblablement du XVI-XVII ième siècle : il eut un sourire et alla chercher un énorme carton rempli de dossiers et de feuilles écrites de sa main. Car, d'après ses doutes, ce tableau était un original d'un Maitre italien, dont une copie se trouvait au musée de Montpellier ! Et cela venait conforter le commentaire et l'analyse que j'en avais fait à l'instant ! Nous échangeâmes alors longtemps sur le différents indices ...parmi cette grande pièce pleine de trésors.

Puis, dans le jardin, sous l'arbre protecteur,  il me parla de Philosophie, de la Sagesse et insista sur le Sophisme des Philosophes grecs, conversation où je percevais son érudition et aussi, justement, sa sagesse !

Cette double rencontre fut vraiment merveilleuse.

Quelques temps après j'appris que, tombé malade, notamment en raison de son grand âge, il avait été hospitalisé. Et il partit ainsi.

Gérard-Antoine Demon

Posté par Salon des Poetes à 11:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

16 avril 2021

Un voyage dans la mythologie grecque

Comme vous êtes toujours confinés et grands amateurs de la Poésie, donc de la Culture en général, je vous propose aujourd'hui un voyage dans ma mythologie...


 

Après avoir mené la révolte contre Cronos, mon père Zeus et ses deux frères se partagèrent l'Univers. Mon oncle Poséidon reçut l'Empire des Mers, Hadès les Enfers et mon père se réserva l'Olympe, occupant de ce fait le Palais des Dieux.

Une fois installé sur son trône, il décida de prendre une épouse, et son choix se porta sur Héra : elle accepta et devint la femme du maître de l'Olympe. Je naquis ainsi de leur union et fut appelé Héphaïstos. Il est à remarquer qu'avec mon frère Arès, nous fûmes les deux seuls enfants légitimes de Zeus et Héra, nos autres demis frères et sœurs Athéna, Apollon, Artémis, Hermès et Dionysos étant tous issus d'unions illégitimes de notre père.

Les chroniques de l'époque disent que j'étais un enfant sain, solide et vigoureux. Cependant j'avais un énorme défaut : contrairement aux habitudes de l'Olympe, j'étais laid, affreusement laid. Ma mère eut honte de cette tare contraire aux normes de l'esthétique, et décida que je ne pouvais pas rester dans ce lieu et me chassa du ciel. Elle me jeta hors de l'Olympe, je tourbillonnai une journée entière dans le ciel pour tomber, à l'heure du coucher de Hélios, sur une petite île de la mer Égée, Lemnos au large de Troie. Je tombai mal et en touchant le sol me cassai une jambe. Heureusement, de braves femmes habitaient là, elles me recueillirent pendant 9 ans dans une grotte et me soignèrent, mais ne purent me guérir tout-à-fait et ainsi je restai définitivement boiteux.

Je compensais ce défaut physique par mon intelligence et mon sens artistique. Ayant rencontré un nain forgeron, il m'apprit son métier. Je commençais par fabriquer des colliers, des bijoux, des bracelets : je les offris en guise de remerciements aux femmes qui m'avaient recueilli et soigné. Je fis de rapides progrès et aimant faire des cadeaux, j'entrepris de fabriquer des articles de qualité que j'offrais aux membres de ma famille et à leurs amis : des flèches pour Apollon et sa sœur Artémise, un sceptre en or pour mon père, une faucille pour Déméter ainsi que des armures pour Héraclès et Achille. J'entrepris même la construction en série de fauteuils magiques que j'offris à chacun des Dieux, leur permettant ainsi de se rendre par eux-mêmes à leurs assemblées.

hépha rubenstableau de rubens/wikipédia

 

Toutes mes actions vinrent logiquement aux oreilles de Zeus qui se prit à regretter le geste de rejet lors de ma naissance. Il décida de me nommer Dieu du Feu et Maître des Cyclopes. Après cette nomination, je pouvais enfin revenir dans l'Olympe parmi les miens. Mais lors de mon retour, ils me firent un accueil ironique, même ma mère me reçut avec un air moqueur. Je remerciai mon père de ma nomination et me jetant à ses pieds, je lui demandai l'honneur d'avoir une épouse. Il refusa, prétextant que toutes les déesses étaient déjà mariées.

Bien déçu, je retournai dans mon domaine. Après avoir réfléchi, il me vint une idée et je me mis au travail. Je fabriquai un trône extraordinaire orné de parures magnifiques, et revenu dans l'Olympe, je l'offris à ma mère Héra et retournai chez moi. Héra s'installa sur le trône mais ne put s'en relever, immobilisée par une nuée de fils invisibles ! Elle appela du secours, tous les Dieux accoururent pour la délivrer, mais sans succès. Héra décida de me faire chercher par Arès puis Dionysos qui m'enivra, j'arrivai dans une Olympe bouleversée mais posai mes conditions : je délivrerai ma mère que si j' obtenais la promesse de mon mariage avec une déesse, mais pas n'importe laquelle, la plus belle Aphrodite. Ma demande fut acceptée et je délivrai ma mère.

Il faut dire que mon métier avait considérablement progressé, la qualité de mon travail faisait que je recevais des commandes de tous côtés, des Dieux, des demis-Dieux et même des mortels.

On m'attribue ainsi et entre autres  :

la ceinture d'Aphrodite, les armes d'Achille, les sandales ailées de Persée, la cuirasse d'or d'Héraclès, les flèches d'Artémis et Apollon, les flèches d’Éros...

Mon installation de l'île de Lemnos étant devenue insuffisante, et devant passer du stade artisanal au stade industriel, je pris possession des cavernes du volcan de la nymphe Etna dans l’île de Sicile, utilisant le cratère du volcan en guise de forge. Je fis appel à des ouvriers spécialisés, une centaine de cyclopes dont le plus célèbre était Polyphème. Ces travailleurs infatigables n'avaient pas, certes , un physique très agréable : d'une taille colossale, avec un corps velu, une barbe hirsute, une chevelure broussailleuse, avec un seul œil au milieu du front caché par d'épais sourcils.

La charmante et volage Aphrodite, frêle et délicate, ne put supporter cette vie souterraine parmi les brasiers , avec le bruit des forges, des marteaux sur les enclumes et de tels ouvriers...

Elle me trompa notamment avec Arès, mais Apollon jaloux m'en prévint : je tressai alors un immense filet pour capturer les deux amants et conviai tous les Dieux au spectacle. Mais ils moquèrent de moi et furieux je retournai dans mon domaine. De sa rencontre avec Arès, Aphrodite eut un fils Éros et elle me quitta pour se réfugier à Chypre.

J'eus également des démêlés avec Apollon, mon oncle Hadès s'étant plaint des succès médicaux du fils d'Apollon, Asclépios à Zeus ; ce dernier se servit alors de ma foudre pour frapper et détruire Esculape. Apollon pour se venger prit l'arc et les flèches dont je lui avais fait cadeau pour exterminer mes Cyclopes. Et il fut exilé hors de l'Olympe par Zeus.

Hephaistost

temple d'Héphaïstos à Athènes/wikipédia


 

J'étais connu dans tout le monde antique, également à Rome sous le nom de Vulcain, on m'a aussi surnommé le diable boiteux et encore de nos jours j'en porte le nom et les stigmates... comprenne qui saura car tout est relatif...

Gérard-Antoine Demon

Posté par Salon des Poetes à 07:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 avril 2021

Un document en hommage à la co-fondatrice du Salon

haikusisley

et nos différents articles pour en savoir plus sur elle :

https://www.canalblog.com/rechercher/posts/bach%20sisley%20site%3Awww%2Esalonpoeteslyon%2Efr

bachsisley

 

Posté par Salon des Poetes à 13:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 mars 2021

Nos Concours de poésie

 

Le lendemain de l’échéance de nos différents Concours de poésie, nous avons une bonne nouvelle : il nous est apparu que notre implantation lyonnaise pouvait établir un rapprochement avec la cuisine régionale, que nous apprécions particulièrement avec notre mâchon habituel de rentrée, lorsque les circonstances le permettent...mais notre garde-virus sera en action (on apprend que pendant quelques temps il utiliserait aussi un fauteuil roulant bionique) :

garde virus

Les cotisations de nos Membres émérites servent en partie à financer nos prix de Concours et leur manque va nous pénaliser. Aussi, cette année les prix seront remplacés par des dotations en nature : nous avons beaucoup travaillé et négocié à ce sujet notamment par notre Vice-Président qui s’est attelé à cette tâche ardue.

Donc le premier prix de notre concours adulte sera doté, pour son vainqueur, de son poids en andouillettes lyonnaises qualité AAA+ ; les prix suivants recevront qui une tête de veau farcie, qui 3 kilos de boudins ainsi que des plats de gratons, de jésus et de tabliers de sapeur.

notre jury en pleines négociations chez notre sponsor la charcuterie La Tête de l'Art tenue par Laurent Douille et sa femme Véronique à la Croix-Rousse :

jury1

jury3

jury6

 

En ce qui concerne les concours enfants nous avons décidés de les doter en friandises, sucreries et autres sucettes de fabrication régionale. Et, comme habituellement, ces différents prix seront théoriquement remis solennellement au cours d’une rencontre théoriquement en présentielle (oh le vilain mot mais les médias n'en sont plus à ça près...) au mois de Novembre prochain, nous insistons : théoriquement....

Et nos prochaines réunions du Groupe d'Etudes du vendredi soir pourraient (pandolinite oblige) avoir lieu dans les locaux de notre généreux mécène :

jury10

D'ailleurs, à sa demande, nous allons changer le sigle du Salon qui deviendra :

3pti_cochons

et comme il nous a été rappelé que certains pouvaient ne pas aimer le cochon, même lyonnais, nous avons trouvé la solution en le remplacant par du poisson

avril1


                                          

donaldrigol

 

Posté par Salon des Poetes à 23:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

17 mars 2021

Chronique de notre Garde des Sous

cotisations

malle trésor

Posté par Salon des Poetes à 08:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]