A maintes reprises j'ai proposé aux membres du Salon de publier ici-même leurs créations : voici donc quelques poèmes de notre Trésorier Pierre Platroz (que certains surnomment le Garde des Sous) inspirés par la triste actualité en Ukraine et qui ne peut laisser personne indifférent, d'autant plus que géographiquement nos Pays ne sont pas si éloignés que ça (Paris/Kiev environ 2000 kilomètres).

place maidan

(vue prise à partir de la webcam de l'Hotel Ukrayina à KIev : la place Maïdan, de l'Indépendance, déjà tristement célèbre lors de la Révolution de 2014)

NOIR LE CIEL

Invasion de l’UKRAINE LE 24 JANVIER 2022  

Le ciel s’est maquillé de noir 

Et tout n’est que silence.

Subsiste encor cette présence

D’un soubresaut d’espoir.

 

Soudain le ciel devient lueur

Lumières éclatantes

En lames de feu déchirantes.

Cris d’angoisse et de peur.

 

Inaudibles sont terre et ciel

Quand voici la tempête,

Magie broyant la rigolette,

Mythique odeur de fiel.

 

La faucille, sabre le temps

Jusqu’à l’inconcevable

Tel un concert impitoyable :

Anéantissement !

 

Le ciel s’enlise dans le noir

Combien de mois encore

L’Ours-monstrueux que l’on abhorre

Usera son pouvoir ?

 

Ainsi se referment nos rêves !

L’horreur dans sa folie

Revient surplomber notre Vie.

Le ciel est noir sur Kiev !


 

colombe paix

LE COURAGE

 (Si ton courage te fait défaut, va au-delà de ton courage) (Emily Dickinson) 

 

La manipulation s’associe au mensonge

Quand l’homme veut saisir tout ce qu’il voit en songe

En voulant s’affirmer tel monarque imposant

. Quels que soient la folie, les cris, le prix du sang.

Et qu’il fait résonner ses cinglants bruits de bottes

Sans crainte du péril sans souci de la honte.

 

Satan est de retour, l’horreur est oppressante

Insoutenable vie en souffrances pesantes.

Au désir d’exister le peuple jaune-et-bleu

Résiste sans faillir pour retourner l’enjeu.

L’Union est une force à briser les outrages

A défier le temps, à forcer le courage.

 

L’instant est déchirant et de ce siècle on doute

De voir le mortifère arpenter notre route.

Mais l’humain se redresse affirmant que partout

L’entraide existe encor solide au rendez-vous.

Dans les sombres instants s’exalte la vaillance

Qui sur la terre meurtrie est fleur d’Espérance.

 


 

drapeau

TERRE MEURTRIE

 

Terre meurtrie.

Éden déraciné.

Présent englouti dans l’innommable.

Minutes s’étirant sur les ténèbres

Tranchées creusées par l’incertitude.

Joliesse d’un futur décapité.

Labyrinthes fait de pourquoi. 

Survies rongées d’inacceptables.

Déchaînement des folies.

 

C’est ainsi lorsque tangue le Monde !

 

Quel dragon a-t-il éructé

Sur ces sillons où les blés

Mûrissent paisiblement ?

Quel monstre rampant dans chaque ruelle

A calciné ces façades béantes

D’où s’échappent encor quelques ombres hagardes ?

Quel vampire s’est gorgé de toutes existences

Dans un bourdonnement incessant de mitrailles

Des aubes jusqu’aux crépuscules ?

 

Les contrées ont des limites

L’inconscience n’en a pas !

Le désir est une force

Il s’affranchit de la faiblesse de la réalité !

Le cliquetis des armes

S’oppose aux battements des âmes.

 

L’espérance s’éveille

Quand s’éteignent les canons.

L’Homme est ainsi fait

Qu’après la dissipation des brumes

Et l’apaisement des regards

IL retrouvera sa Volonté de vivre

Sa certitude à rester debout.

Et sans rien oublier

Affichera ses raisons d’espérer

Dans un surgissement d’Amour.


 

 

MARIOUPOLE

17 Mai 2022 (Capitulation) 

 

Quatre-vingt-trois jours en l’étouffante fournaise

Espérant un éclat de soleil

Un semblant de bonheur.

Quatre-vingt-trois nuits

Exposés aux vents mauvais

Dans le sombre des corridors.

Quatre-vingt-trois jours et nuits

Face à une existence sans nom.

 

Lutter contre le frère-ennemi

Tenir face aux chenilles grinçantes

Se préserver des aigles-torpilles incandescents

Se protéger ensemble.

Tous unis, et attendre, attendre !

 

Quatre-vingt-trois-jours à être la force

Acharnée, indestructible

Et ressasser le temps d’avant.

Quatre-vingt-trois nuits

A se vouloir héroïques

Dans le vacarme incessant.

Quatre-vingt-trois jours et nuits

A s’interroger chaque seconde.

Sans rien lâcher, et espérer, espérer !

 

Puis sortir les bras levés

Les bras en croix

L’âme défaite

Le cœur en sang.

Être Héros, Pour le restant des jours et des nuits.


 

 

APOCALYPSE

 

Deux cents secondes pour échapper au monde.

Deux cents secondes pour oublier la ronde.

Et s’insérer au cycle éternel.

 

Le rituel de la vie

A des instants d’égarement

Lorsque la déflagration 

Ramène aux sources du savoir.

 

L’éclatante lueur

Bousculera les ténèbres

Quand s’élèvera

Le mirage vaporeux

Enlisant jusqu’au-delà

De l’imperturbable voie lactée.

 

Deux cents secondes pour délaisser la terre.

Deux cents secondes pour hâter le mystère.

Et rejoindre le cœur des Étoiles.

 

La puissance de l’onde

Activera le souffle.

Vacarme hallucinant

Aux démoniaques esquisses.

 

Étrangers à nouveau

Dans cette galaxie

La nuit accueillera 

Les poussières que nous sommes

Pour les ensemencer 

Dans l’inconnu du temps.

 

Deux cents secondes pour fermer la mémoire.

Deux cents secondes pour clôturer l’Histoire !

Bon Dieu : Épargne-nous de tels chambardements !

 

 

200 secondes est le temps mis par un missile

pour franchir la distance Moscou/Paris.( 07/2022)

 

explosion lumière